Bienvenue sur Hypnose Conversationnelle.com ! Si vous débutez, vous êtes donc libre de recevoir gratuitement le livre inédit « Maîtrisez l’hypnose conversationnelle ». Cliquez ici pour le télécharger librement.

Pourquoi aborder la technique du storytelling hypnotique dans cet article ? La plupart des gens comprennent la nécessité de développer des compétences sociales. Nous reconnaissons tous la valeur d’être assertif, de pouvoir dire calmement «non», de demander ce que nous voulons, non ? Beaucoup d’entre nous réalisent également que le fait de pouvoir persuader les gens est une bonne habileté. Si vous pouvez persuader efficacement les gens de faire des choses, comme acheter des produits ou accepter un RDV amoureux ; vous serez en mesure de gagner plus d’argent et d’avoir de meilleures relations.

 

Cependant, convaincre les autres est souvent assimilé à se mettre dans la peau du vendeur poussif utilisant la manipulation pour vendre à tout prix. Pourtant, rien n’est moins vrai.

La vérité est que, convaincre quelqu’un, c’est avant tout développer une vraie relation gagnant-gagnant dont le fil conducteur est l’échange de valeur. Que vous soyez vendeur, thérapeute, enseignant, parent, manager… Toute relation gagnant-gagnant est affaire d’échange de valeur et de message ! Et le meilleur moyen pour y parvenir est sans aucun doute, en racontant une histoire.

Mais qu’en est-il des histoires ?

De Walt Disney à Pixar. En passant par le storytelling de Barack Obama, le pouvoir des histoires est présent partout autour de nous. Et ce n’est pas étonnant. Car les histoires sont un puissant véhicule pour faire passer nos messages.

Ce qui signifie que si vous pouvez apprendre l’art de la narration, cela peut vous aider autant, peut-être même plus, que d’être un orateur persuasif. Nous verrons bientôt qu’il n’y a pratiquement pas de domaine de la vie qui ne peut pas être facilement et rapidement amélioré en étant capable de raconter un conte ou une histoire.

Les histoires sont en effet le moyen le plus facile d’enseigner aux enfants des leçons importantes. Pourquoi ne pas simplement dire à un enfant qui mange trop de sucreries : « Hé, si tu es trop gourmand, tu vas faire des erreurs stupides en mangeant ces sucreries, et cela va te coûter ta santé à long terme. »

Pourquoi est-ce que ce genre de conseils ne marche pas ?

Parce que personne n’aime recevoir des conseils, mais tout le monde aime une histoire. Et en racontant des histoires tout en créant des personnages auxquels les gens peuvent s’identifier, nous pouvons transmettre un message impactant.

Les histoires fonctionnent parce qu’elles sont le meilleur moyen d’amener quelqu’un à faire quelque chose et de le laisser penser que c’est son idée.

Vous n’avez pas besoin d’avoir rêvé d’être un romancier à succès, ou de vous souvenir de milliers d’années d’écriture de fables courtes, divertissantes mais puissantes. Mais si vous pouvez prendre une idée simple, l’inclure dans une histoire et être capable de le dire ou de l’écrire efficacement, vous aurez une bien meilleure chance de faire accepter votre idée et de la mettre en pratique, quelle qu’elle soit.

Heureusement, il existe de nombreuses façons d’utiliser les histoires sans que personne ne sache que vous racontez des histoires. Dans la suite de cet article, vous apprendrez à choisir des histoires simples à partir de votre propre expérience, et les combiner de manière à faire passer les gens à l’action.

Milton Erickson et ses techniques de storytelling hypnotique

Si vous connaissez un tant soit peu quelque chose au sujet de l’hypnose conversationnelle, vous connaissez le Dr Milton Erickson. Dans de nombreuses histoires, le personnage fait face à un « événement potentiellement mortel », quand il ou elle doit regarder la mort en face et accepter que cela lui arrive.

Mais quand cela arrive aux gens dans la vraie vie, cela a généralement l’effet inverse. Cela leur fait apprécier la vie tellement plus. Plus extraverti, expressif, joyeux. C’est ce qui est arrivé au jeune Milton Erickson.

Il pensait qu’il allait mourir, et il ne l’a pas fait. Plus tard, il est devenu un médecin et un hypno thérapeute hors pair. Mais il a remarqué que lorsque les gens venaient le voir, même quand ils s’attendaient à ce qu’ils soient hypnotisés, ils avaient un peu peur. C’est un peu effrayant quand on y pense. Vous entrez, vous vous asseyez pour parler d’un problème, puis un vieux fou vous met en transe et regarde autour de vous. Parce que ses patients étaient un peu nerveux, ils étaient un peu résistants.

Et le Dr Erickson, sachant combien le temps était précieux, ne voulait pas en gaspiller. Ainsi, il a inventé une nouvelle forme d’hypnose qui contournerait absolument toute résistance consciente. Et comme tout savant fou, il avait expérimenté jusqu’à ce qu’il produise un système d’hypnose cachée très efficace et très précis : l’hypnose conversationnelle.

Seulement, il n’en avait parlé à personne. Il n’avait pas annoncé dans les pages jaunes comme ayant une forme nouvelle, améliorée d’hypnose. Les gens venaient alors dans son bureau et pensaient que c’était une séance d’hypnose classique. Seulement, ça ne marchait pas comme ça avec Erickson.

Ils entraient, s’asseyaient, et le Dr Erickson commençait à leur raconter des histoires. Seulement, elles étaient un peu différentes des histoires classiques. En effet, elles étaient beaucoup plus confuses que les histoires classiques. Elles étaient si déroutantes que le temps passait sans que les patients aient vraiment une idée de ce qui se passait. A la fin de la consultation, le Dr Erickson souriait et disait souvent quelque chose comme : « Ça y est, appelez-moi dans quelques semaines et nous verrons comment vous allez ».

Et le patient regardait autour de lui, surpris que le temps soit passé si vite. Il se levait et partait, pas vraiment sûr de ce qui s’était passé. Puis une semaine passait et il faisait une découverte surprenante. Ce problème qu’il avait l’habitude d’avoir auparavant, il ne pouvait plus vraiment s’en rappeler, tellement ce problème semblait évaporé.

Ça avait juste disparu, juste au moment où ce vieux type dans le fauteuil roulant avait commencé à lui raconter ces histoires étranges dont il ne se souvenait même pas. Sorcellerie ? Vaudou ? Mais comment avait-t-il fait?

Tout simplement, en utilisant le pouvoir d’une histoire magnifiquement contée par un maître de l’hypnose conversationnelle.

Comment Erickson s’y était-il pris ? Eh bien, le patient entrait dans son bureau avec son problème. Erickson trouvait ensuite une histoire qui lui permettait de régler son problème et de l’aider à trouver une solution. De façon inconsciente. Le Dr Erickson faisait exactement cela.

Les patients d’Erickson avaient des problèmes beaucoup plus profonds, comme des addictions, des problèmes relationnels profonds, des peurs horribles qui avaient rendu leur vie misérable. Pourtant, le Dr Erickson réussissait très souvent à neutraliser ces derniers avec quelques histoires loufoques.

Et si vous apprenez les mêmes techniques qu’Erickson utilisait pour se débarrasser des décennies de toxicomanie en quelques séances d’une heure, que pensez-vous que vous serez capable de faire avec ces mêmes techniques ?

À quel point plus persuasif, plus divertissant, plus édifiant et plus inspirant, pensez-vous que vous serez au travail et à la maison ? Pour le reste de cet article, nous allons passer en revue ces techniques très en détail. Et avec la pratique, vous serez en mesure de parler aux gens d’une manière qu’ils n’oublieront jamais.

Couches de résistance

Rappelez-vous toute la raison de raconter des histoires, au lieu de donner des conseils non demandés. En son cœur, c’est précisément ce que racontent les histoires. Une tentative de déplacer quelqu’un sur le plan émotionnel, ou de l’amener à prendre une action sans lui demander spécifiquement quoi faire.

Cependant, en racontant des histoires, votre auditeur a le plaisir de découvrir ces conseils par lui-même. Il vit l’expérience de voir les personnages de l’histoire, et d’imaginer, à sa manière, qu’ils font la même chose que lui. Cependant, nous devons toujours faire attention à rester loin de tout ce qui sent le conseil dissimulé.

Critique conscient

Les humains sont des créatures naturellement peureuses. Nous sommes terrifiés à l’idée d’essayer de nouvelles choses et, à moins de recevoir des conseils d’un ami de confiance ou d’une autorité respectée, cela sera remis en question. Même si cela vient d’une autorité de confiance, cela va être remis en question.

C’est la raison pour laquelle le Dr Erickson a inventé l’hypnose conversationnelle. Car juste donner des « conseils », même d’un médecin respecté ne suffisait pas. Même hypnotiser des gens comme un hypnotiseur traditionnel, en tant que médecin respecté ne suffisait pas parfois.

Pourquoi ? Parce ce que notre facteur critique conscient, cette partie de nous qui est hyper-vigilante de toute information « mauvaise » ou « dangereuse » qui entre dans nos cerveaux est difficile à contourner. Le but de raconter des histoires est de l’endormir (le facteur critique conscient) pour qu’il puisse dormir. Afin que nos auditeurs puissent suivre le courant de l’histoire et s’identifier aux personnages.

Les histoires simples ne suffisent pas toujours.

Si vous racontez simplement une histoire, vos auditeurs écouteront poliment, mais cela ne changera probablement pas leurs émotions. Si vous racontez une histoire riche et émouvante, cela pourrait bouger leurs émotions, mais cela pourrait aussi « réveiller » leur facteur critique conscient.

Même s’ils ne se doutent pas que nous donnions des conseils, l’histoire elle-même peut évoquer des émotions inconfortables pour l’auditeur, qui vont le faire se mettre en retrait émotionnellement. C’est là qu’entre en scène la technique de storytelling nommée boucle imbriquée.

Boucle imbriquée ? Me dites-vous, circonspect(e). Allez-vous m’apprendre à fabriquer des boucles d’oreilles créoles pour les vendre sur le marché ? Non, non, rassurez-vous. Mieux que cela. Je vais vous apprendre une technique avancée de storytelling hypnotique à la façon Erickson. Clic. C’est parti !

La technique de storytelling des boucles imbriquées

Ce sont des outils de storytelling très puissants et très discrets. Beaucoup de comédiens professionnels les utilisent pour raconter leurs histoires. Avec des boucles imbriquées, vous pouvez prendre trois ou quatre histoires simples, et en faire un long conte hypnotisant dont les gens ne pourront pas détourner leur attention.

Comment cela fonctionne-t-il ? Nous, humains, ne pouvons détenir un nombre maximum d’informations dans notre esprit conscient à la fois. Les études ont montré que ce nombre variait entre cinq et neuf éléments d’information. Imaginez qu’une histoire possède un flux d’informations comportant vingt unités d’informations différentes.

Pensez à ce flot d’informations qui s’infuse dans la conscience d’un auditeur. À tout moment, la personne qui écoute peut se concentrer sur ce qui est dit, avoir un «trou» vide pour ce qui est sur le point d’être dit et avoir de l’espace pour trois ou quatre choses qui ont déjà été dites.

Tant que l’histoire se déroule dans l’ordre séquentiel, tout va bien. L’histoire commence au début, l’histoire progresse, maintient l’intérêt de la personne, étape par étape. Jusqu’à la fin. Si rien dans l’histoire (aucune des vingt informations) n’a réveillé leur critique conscient, alors tout va bien. Mais c’est beaucoup sur une histoire.

Vous serez aussi peut-être intéressé de lire :   Pourquoi cet exemple de storytelling hypnotique rendra votre communication plus impactante

Beaucoup de travail mental a été fait pour créer et raconter l’histoire. Et si vous racontez l’histoire à plusieurs personnes, il y a de fortes chances que l’une de ces vingt informations éveillera le critique conscient de quelqu’un. C’est généralement ce qui arrive dans certaines situations sociales.

Celui qui raconte l’histoire doit donc travailler pour maintenir la réceptivité de son auditoire. Dès que son histoire devient ennuyeuse ou inintéressante, quelqu’un va « se réveiller » et lutter contre ce contenu métaphorique.

Cette personne ne peut pas interrompre le conteur de l’histoire de façon flagrante, mais elle pourrait commencer à montrer un langage corporel disant : « Je sais où cette histoire se passe, et j’en ai une meilleure ! » Comment pouvez-vous éviter cela ? En utilisant des boucles imbriquées.

Structure des boucles imbriquées en storytelling

Au lieu d’une longue histoire avec vingt morceaux ou scènes, créez plutôt trois ou quatre histoires beaucoup plus petites. Comme nous le confie Georges Hutton dans son livre Hypnotic Storytelling, considérons quatre histoires de cinq scènes chacune. Ou cinq choses distinctes qui se produisent dans chaque histoire.

Même durée, mêmes informations, mais arrangées de telle sorte que la plupart des gens auront du mal à suivre. Par souci de description, disons qu’un morceau d’information, ou une «scène» d’une histoire peut être quelque chose de simple comme :

« L’homme a mis ses chaussures. »

Donc, si nous disons…

« L’homme a mis ses chaussures et est allé dehors », serait deux scènes.

Et…
« L’homme a mis ses chaussures, et est allé dehors, et après qu’il est allé dehors, il a vu un ours brun », serait trois scènes.

Disons que nous avons quatre histoires, chacune avec cinq scènes. Appelons les scènes A, B, C, D et E. Et les quatre histoires, 1, 2, 3 et 4.

« L’homme a mis ses chaussures, et est allé dehors, et après qu’il est allé dehors, il a vu un ours brun », serait trois scènes.

1A, 1B, 1C, 1D et 1E. Puis l’histoire suivante, et jusqu’à ce que toutes les histoires soient complètes. Mais avec des boucles imbriquées, vous cassez les histoires. Un ordre potentiel de toutes ces vingt scènes serait quelque chose comme ceci:
1A – 1B – 1C – 2A – 2B – 2C – 3A – 3B – 3C – 4A – 4B – 4C – 4D – 4E – 3D – 3E – 2D – 2E – 1D – 1E

Ce sera très difficile pour les gens qui écoutent ce genre de structure d’histoire de garder une trace. Donc ils vont y répondre en développant un degré de concentration accrue. En faisant cela, aucune personne de votre auditoire n’aura le sentiment de se dire que « Oh, j’ai déjà entendu ce type d’histoire, je pense que je sais comment ça va se terminer. »

Vous trouverez ci-dessous une lecture de la réaction typique d’un auditeur face à votre imbrication d’histoires. Alors, accrochez-vous (Tim Burton, si tu me lis, tu n’as qu’à bien te tenir).

1A

Votre auditoire entend cette scène de départ de votre histoire. Jusque-là, il se détend et écoute. En effet, nous sommes tous conditionnés socialement pour nous relâcher quand nous entendons le début d’une histoire et nous nous attendons à une « fin heureuse » quelques minutes après dans le futur.

1B
Ce prochain stade de la première histoire arrive et vérifie leurs attentes. Votre auditoire hoche la tête et suit.

1C
Heureusement, si vous avez bien résumé vos histoires, c’est un « point de décision ». Là où quelque chose d’inattendu se produit (le héros sort et voit un ours brun).

2A
C’est une histoire complètement différente, qui n’a rien à voir avec la première. Puisque vous venez de laisser tomber un événement inattendu dans l’esprit de votre auditoire (l’ours brun, par exemple), il attend avec une attention accrue de savoir quel est le point de chute avec cet ours (par exemple).

Mais alors vous commencez une autre histoire. À ce stade, le cerveau de votre auditoire est un peu dans un état confus. Il se demande toujours ce qui se passe avec l’ours brun, mais il ne voit aucune indication de la résolution au sujet de l’ours brun, dans cette section de l’histoire.

2B
Maintenant, le cerveau de votre auditoire commence à se douter qu’une autre histoire se passe. 2B découle naturellement de 2A, mais il se demande toujours ce qui est arrivé à l’ours brun.

2C
Maintenant, votre auditoire se sent en territoire familier. Il se retrouve à l’intérieur d’une histoire familière. Peut-être que cet ours brun était un produit de leur imagination. Peut-être que vous avez expliqué ce qu’il était advenu de l’ours brun, mais votre auditoire l’a manqué. Et ce 2C est un autre point d’inflexion d’histoire.

Peut-être qu’à ce moment-là de l’histoire, vous êtes entré dans un restaurant rapide de type Kebab. Tandis qu’un adolescent y faisait voler un drone à l’intérieur et y renversait des choses. Maintenant, leur attention est finalement fixée sur le drone, et votre auditoire se demande comment cela va être résolu.

3A
Attendez… Quoi ? Maintenant, le drone a disparu et vous avez commencé une autre histoire. Maintenant, votre auditoire se demande s’il est frappé de narcolepsie ou quelque chose du genre. Il veut regarder autour de vous pour voir si vous parlez vraiment de charabia, mais en même temps, les membres de votre auditoire se demandent si c’est juste eux. Donc, les membres de votre auditoire décident de se concentrer davantage encore sur ce que vous leur racontez.

3B
Ok… Peut-être que l’ours et le drone sont en quelque sorte liés. Donc, votre auditoire continue à faire attention à votre histoire.

3C
Maintenant, un autre point de l’intrigue. Peut-être que votre ami est entré dans son lieu de travail et tous les employés lui chantent joyeux anniversaire comme ils le font dans les restaurants. Ça a l’air assez intéressant, vraiment, voyons ce qui se passe avec ces chanteurs sur le lieu de travail de votre ami.

4A
« Ok, ça devient dingue. Ils doivent avoir glissé quelque chose dans mon verre. Mais tout le monde porte une attention particulière, donc si je l’interromps, je serai vraiment stupide. » Donc, chaque membre de votre auditoire continue d’écouter et de hocher la tête et se demande peut-être que ce soit un effet secondaire de certains médicaments contre le rhume qu’ils ont peut-être pris plus tôt, mais qu’ils ont déjà oublié.

4B
Jusqu’ici, tout va bien. Deux informations d’affilée qui ont du sens. Votre auditoire hoche la tête, souriant comme signe d’approbation.

4C
Un autre gros point de l’intrigue. Peut-être que vous étiez en parachute et votre parachute ne s’est pas ouvert. Mon Dieu !

4D
Ok, alors vous avez tiré sur votre parachute d’urgence et tout s’est bien passé. Ouf !

4E
«Oui, bien sûr. Toujours avoir un plan B de sauvetage, absolument. » Votre auditoire regarde maintenant autour de lui, hochant la tête et acceptant ce sage conseil.

3D
«Oh oui ! Les gens présents sur le lieu de travail de mon ami ! Il s’avère qu’ils participaient à un spot télévisé pour leur télévision locale ».

3E
«Oh, je vois. Votre ami a naturellement commencé à chanter, et ils l’ont inclus dans le spot. Oui, je suis totalement d’accord. Tirez toujours parti des opportunités quand elles se présentent !»

2D
«Le gamin dans le resto rapide de type Kebab ! Sa mère était vraiment embarrassée, alors elle a acheté à tout le monde présent dans le resto, une grande frite.»

2E
« Oh, comme c’est drôle ! Le drone était l’un de ces drones-caméra, et maintenant tout le monde présent dans le resto est célèbre sur la chaîne YouTube du restaurant pour avoir leur sachet de frite en main. Je ne sais pas quelle est la morale de cette histoire, mais c’est assez marrant !»

1D
«L’ours brun ! Il t’a remis un dépliant ? Attends… Quoi ? »

1E
«Oh, c’était un gars déguisé en ours brun, distribuant des prospectus pour une compagnie de service public locale. Leur devise est « Le service rapide, c’est notre griffe » Wow, imaginez ça. Donc, je suppose que ça vaut la peine d’être créatif, n’est-ce pas ?»

Cher Lecteur, à la lecture de ce qui précède, vous devez vous demander si je n’ai pas abusé de substance illicite, alors que vous vous dites sans doute peut-être que ces histoires sont idiotes…

Néanmoins, vous avez lu jusqu’ici, non ? Pourquoi donc ?

Parce que bien qu’idiotes, elles sont divertissantes et gardent leurs auditeurs attentifs. Enfin et surtout, elles transmettent un message de sagesse à travers un message caché. En ce qui nous concerne à ce point de notre parcours de narration, la principale raison de l’imbrication des boucles est qu’elles garderont votre auditoire extrêmement focalisé. Cela procure deux ou trois effets intéressants.

L’un d’entre eux est que la concentration accrue améliorera la réceptivité vis-à-vis des conseils que vous glisserez dans l’histoire (avoir un plan de secours, ne pas hésiter à prendre des opportunités inattendues, ne pas se fier aux apparences). Et il est très improbable que quelqu’un vous interrompe.

De plus, cela fera de vous une personne très intéressante, comme des gens qui peuvent trouver des histoires loufoques, et garder les invités de fête captivés comme ça, ainsi que de leur donner ces émotions uniques tout en écoutant votre histoire loufoque, est très rare.

Pensez-y. En prenant juste quelques histoires de base et les diviser de cette façon-là, fera de vous un conteur très captivant. Pas à cause du contenu (idiot dans notre exemple), mais à cause de la structure. C’est un point très subtil mais très crucial.

La plupart des gens, quand ils pensent devenir des conteurs intrigants et captivants, imaginent qu’ils ont besoin d’un contenu de classe mondiale. Mais maintenant vous connaissez le secret. Quatre histoires loufoques, des histoires que vous pourriez facilement construire, pourraient rapidement vous faire passer d’un conteur moyen à un conteur inoubliable.

Sans oublier que tout ceci s’ajoute bien entendu à tout ce que vous avez déjà appris sur ce blog avec d’autres exemples de storytelling hypnotique.

Avant de conclure cet article sur cette technique de storytelling, cher Lecteur…

 

Blague à part, allez, j’arrête de vous raconter des histoires. À vous de créer les vôtres. Mais qu’attendez-vous donc ? De voir un ours brun frapper à votre porte 🙂

A ce propos, je me demande ce qu’il se passerait, si vous vous mettiez à utiliser dès maintenant les boucles imbriquées dans votre communication ? Posséderiez-vous de nouvelles capacités à susciter l’intérêt ? Parviendriez-vous à faire passer efficacement vos messages ? Augmenteriez-vous votre faculté de faire adhérer les autres à vos idées ?

Mon petit doigt me dit que oui. Donc, mettez dès à présent à profit cette nouvelle technique de storytelling dans votre boîte à outils de communiquant hypnotique. Clic. C’est parti.