Bienvenue sur Hypnose Conversationnelle.com ! Si vous débutez, vous êtes donc libre de recevoir gratuitement le livre inédit « Maîtrisez l’hypnose conversationnelle ». Cliquez ici pour le télécharger librement.

« L’hypnose, ça ne marche pas sur moi ! » , « Je veux bien que vous m’aidiez à perdre du poids, mais je ne veux pas me faire hypnotiser ! » Toute ressemblance avec ce genre de parole émise par un client existant ou ayant existé est purement fortuite… ou pas.  En effet, quel hypnothérapeute ou hypno-coach ne s’est jamais retrouvé confronté à ce problème : votre client veut que vous l’aidiez, mais il a peur de se faire hypnotiser. Ou encore, il se dit résistant à l’hypnose et pense que cela ne vas pas marcher pour lui. Alors, qu’est-ce qu’on fait ? On pourrait appeler Astérix et lui demander qu’il vous file un bon coup de potion magique. Ou alors, on pourrait utiliser une induction d’hypnose ericksonienne invisible pour induire une transe hypnotique tout en douceur chez ce patient.  

 

Je vais vous faire découvrir dans ce nouvel article tout frais tout chaud sorti du four, comment je m’y suis pris pour mettre un client qui se disait réfractaire à l’hypnose… sous hypnose. Allez, par Toutatix, suivez le druide guide !

L’irrésistible induction hypnotique ericksonienne invisible que j’ai utilisée pour mettre ce patient sous hypnose

Remettons tout d’abord les choses dans leur contexte. Malgré les appels incessants de son épouse, ce client réfractaire comme un gaulois (appelons-le Hervé), résistait de toutes ses force à l’envahisseur hypnothérapeute afin de se faire aider. En effet, Hervé se sentait épuisé et démoralisé depuis quelques temps. Oh, il avait bien essayé quelques breuvages magiques alcoolisés pour tenter de faire passer ce coup de blue. Mais rien n’y faisait. Pire, les effets de l’alcool sur son foie ne l’aidaient pas. Il – son foie – voyait la vie en jaune ses derniers temps.

Mais (appelons-la Bonnemine), l’épouse de notre gaulois réfractaire avait de la ressource. Elle persuada son époux (qui n’avait pas du tout bonne mine, lui) de se faire aider.

« Va voir Hypnothérapix, tête de mule ! »

Il décida bon an mal an de sauter le cap, et franchit avec méfiance le pas de ma porte.

Se cachant derrière sa moustache, je m’aperçus par sa posture voûtée, qu’il était sur les rotules. Littéralement. Tel un énorme menhir, son burn-out pesait de plus en plus sur ses épaules. Quand je lui demandai ce qui l’avait motivé à pousser le pas de ma porte, il me répondit :

« J’aimerais me faire aider, car je suis au bout du rouleau. Mentalement. Physiquement… Mais je crois que ça ne marche pas l’hypnose. Ou peut-être sur les faibles d’esprit. Vous savez, j’ai un gros caractère. D’ailleurs, je vous mets au défi de m’hypnotiser. »

Ce client montrait une résistance prononcée à l’hypnose, mais aussi à mon égard. Néanmoins, il était sincère dans sa démarche et voulait vraiment se faire aider. C’est là que je sortis ma potion invisible : l’hypnose conversationnelle.

Je lui répondis « OK, je comprends, ne faisons pas d’hypnose. Contentons-nous de parler ensemble afin de voir si je peux vous aider ». Bien entendu, l’idée était d’utiliser la méthode ericksonienne « sous le radar »  afin de l’aider à modifier certains comportements à la base de son burn-out.

L’irrésistible induction hypnotique ericksonienne invisible, partie 1

Pour bien poser mon cadre de travail, je créai d’abord une connexion rapidement avec mon client en me mettant à sa place afin de créer une atmosphère de confiance et de proximité avec lui. Alors que je parlais avec lui, l’air de rien, j’abordais la conversation en lui disant :

  • Vous êtes fort stressé et cela se comprend, car de nos jours, c’est sûr qu’entre le travail, les enfants, les courses… il ne nous reste que peu de temps pour nous… Ah d’ailleurs vous savez, moi ça m’arrive aussi d’être stressé comme vous…
  • Ah oui ?
  • Oui, quand ça m’arrive, je m’isole dans mon bureau, et j’utilise mon imagination pour me reconnecter à un vieux souvenir de vacances en Sardaigne… Et c’est vrai que parfois, le simple fait de se remémorer ce genre de souvenirs… Hé bien c’est comme si j’appuyais sur un bouton invisible appelé relaxation et détente… et vous, ça date de quand votre dernier souvenir où vous étiez vraiment détendu… Connecté dans l’instant présent ?
  • Houlà cela fait longtemps
  • Cela fait longtemps… Et pourtant votre esprit sait…
  • Un moment de ma vie très particulier… C’était un moment où je me suis retrouvé pour la première fois en vacance avec mon épouse… Je devais avoir 24 ans…
  • Vous vous êtes retrouvé pour la première fois en vacance avec votre épouse…Et vous deviez avoir 24 ans… et que s’y est-il passé en particulier ?

REMARQUE : j’utilisai la reformulation, en me calquant sur son ton de voix. Je me synchronisai avec lui.

  • Nous marchions pieds-nus sur une magnifique plage déserte…
  • Vous marchiez pieds-nus sur une magnifique plage déserte… Qu’entendiez-vous… Que voyiez-vous… Et que ressentiez-vous autour de vous… Et en vous ?
  • Eh bien… Je ressentais le sable fin caresser mes pieds le long de la plage… Et je pouvais entendre le reflux des vagues sur la plage…
  • Vous ressentiez le sable fin caresser vos pieds le long de la plage… et vous pouviez entendre le reflux des vagues sur la plage… Et après, que se passe-t-il ?

L’irrésistible induction hypnotique ericksonienne invisible, partie 2

 Tout en reformulant ses mots tels quels, sur le même ton de voix qui devenait plus lent et plus apaisé, j’utilisai le temps au présent afin de faire vraiment plonger mon client dans ce moment de son passé. Il s’agit de technique très subtile de revivification d’expérience émotionnelle.

  • Ce son est relaxant, presque hypnotique… Et la mer est d’une extraordinaire couleur turquoise…
  • Vous dites que ce son est relaxant, presque hypnotique… Et la mer est d’une extraordinaire couleur turquoise… Et que voyez-vous autour de vous ?
  • J’aperçois à l’horizon… Un petit bateau qui navigue au gré du vent…
  • Vous apercevez à l’horizon… Un petit bateau qui navigue au gré du vent… Et ?
  • Je me plonge dans le regard amoureux de mon épouse… Le ciel est rouge-rosé… Et le ciel de fin de journée commence à tomber…
  • Vous plongez dans le regard amoureux de votre épouse… Le ciel est rouge-rosé… Et le ciel de fin de journée commence à tomber…

REMARQUE : à la faveur de cette remémoration (que je reformule au présent de façon stratégique), je calibrai que mon client entrait facilement en transe conversationnelle. Son regard se figeait. Sa respiration se modifiait. Autant de signes démontrant qu’il entrait en transe légère.

Vous serez aussi peut-être intéressé de lire :   Thérapeutes et coachs, pourquoi la méthode ericksonienne est unique comme outil pour révéler votre valeur

L’irrésistible induction hypnotique ericksonienne invisible, partie 3

 Venait le moment de basculer dans une induction hypnotique ericksonienne plus formelle. Son esprit inconscient était de plus en plus ouvert à mes suggestions hypnotiques.

  • Et alors que vous plongez dans le regard amoureux de votre épouse… Tandis que vous entendez les sons hypnotiques des vagues….Vous relaxant de plus en plus…. Et le bruit des vagues vous fait plonger encore plus profondément dans la relaxation… Et à chaque inspiration… Vous sentez l’air frais et salé de la mer… Et à chaque expiration… Vous sentez la détente vous envahir… Et vous pouvez même peut-être sentir que le soleil réchauffe votre peau…. Tandis qu’une brise légère passe dans vos cheveux… Le soleil qui descend petit à petit… Vous réchauffe de ses rayons…. Et vous pouvez sentir les parfums enivrants de la nature qui vous entoure… Vous êtes confortable… De plus en plus confortable…Alors que vous fermez les yeux maintenant…

REMARQUE : j’utilisai les éléments-clés de toute induction hypnotique ericksonienne formelle. Ponts linguistiques, yes-set. Approfondissement. Dès que mon client entra en transe plus profonde, je pus alors commencer mon travail thérapeutique à proprement parler.

Par Hypnosix, mon client était en transe. Sans même s’en être rendu compte ! Je pus alors réaliser un travail thérapeutique en négociant avec ses différentes parties, afin de voir quelle partie de son esprit avait comme intention de satisfaire un besoin, par le biais de son burnout.

Dès que ce travail fut réalisé, mon client me téléphona quelque temps plus tard. L’épais et tranchant menhir que représentait son burnout ne lui pesait plus autant qu’avant. Mieux, il avait retrouvé au fil du temps une certaine joie de vivre.

Alors cher lecteur(trice), que vous inspire cette induction hypnotique ericksonienne invisible ? Si vous rencontrez un Gaulois réfractaire à l’hypnose, ne vous en privez pas : modélisez cette induction. Et faites-moi part de votre retour d’expérience ! Allez, je vous laisse, j’ai une petite soif. L’hydromel m’attend dans le frigo 🙂

P.S : si vous vous sentez inspiré(e) par la façon dont j’utilise les métaphore et le storytelling dans cet article, alors vous pourriez être intéressé(e) par l’art du storytelling en hypnose ericksonienne.

 

Crédit photo : https://michelduchaine.files.wordpress.com/2018/01/asterix2.jpg