Bienvenue sur Hypnose Conversationnelle.com ! Si vous débutez, vous êtes donc libre de recevoir gratuitement le livre inédit « Maîtrisez l’hypnose conversationnelle ». Cliquez ici pour le télécharger librement.

Vous désirez développer votre communication non verbale par des exercices simples et ludiques ? Excellente idée. Car le décodage du non verbal est une discipline qui vous fera exceller dans l’art d’apprendre à mieux communiquer. Pour autant, comme tout art, cela demande de la pratique. Dans ces exercices pratiques, apprenez à poser les bases de la communication non verbale en vous calquant sur la carte du monde de votre interlocuteur. Puis, apprenez l’art de la synchronisation. Enfin, devenez un subtil observateur en vous calquant sur le bon canal sensoriel de l’autre. L’objectif final ? Doper votre capacité à convaincre, à communiquer et à créer des relations uniques. 

 

Communication non verbale, exercices : devenez un Sherlock Olmes du langage du corps

Vous désirez doper vos compétences relationnelles ? Il est alors indispensable d’apprendre à décoder le langage non verbal de vos interlocuteurs. A ce propos, la PNL présuppose que le corps influence l’esprit. La façon dont nous nous tenons, notre langage corporel, ainsi que nos micro-expressions du visage sont des indices précieux qui montre aux autres l’état d’esprit qui nous anime.

Il est donc important d’avoir une posture dynamique et ouverte pour ainsi donner aux autres, l’impression que vous êtes une personne confiante. Elles ont alors tendance à être attirées vers vous. Votre posture et votre gestuelle jouent un rôle important dans la façon dont les autres vous perçoivent. Barak Obama, pour ne citer que lui, l’a bien compris. Il maîtrise à la perfection le langage du corps à son avantage.

La PNL insiste sur le fait que votre langage non verbal, ou corporel, est l’élément principal qui influence la façon dont les autres vous perçoivent lorsque vous communiquez avec eux. Pour mieux comprendre ce qu’est le langage non verbal, pratiquez l’exercice d’observation suivant  sur les personnes de votre entourage, lorsque vous discutez avec elles.

Comment se tiennent-elles ? Ont-elles les bras croisés, ou non ? Vous regardent-elles dans les yeux, ou ont-elles plutôt tendance à baisser le regard ?

Voici quelques astuces pour vous aider à analyser la communication non verbale de votre interlocuteur. Cela vous donnera une idée concrète du sentiment qui habite la personne avec qui vous parlez. Par exemple, si elle est intéressée par ce que vous dites. Ou au contraire, si elle s’ennuie.

Dès que vous maitriserez l’analyse de la communication non verbale de votre interlocuteur, cela vous donnera également l’occasion de travailler la vôtre ! Car ne l’oubliez pas, votre langage non verbal aussi influence la façon dont les autres se sentent à vos côtés.

En matière de communication non verbale, voici ce qu’il est intéressant d’observer : le regard d’une personne en dit long sur l’intérêt qu’elle porte à vos paroles. Lorsque vous parlez avec quelqu’un, efforcez-vous de regarder la personne le plus souvent possible dans les yeux. Car cela signifie inconsciemment pour elle, que vous êtes totalement à son écoute. Et que vous êtes intéressé(e) par ce qu’elle vous raconte.

Bien entendu, lorsque vous regardez cette personne, veillez avant tout à ce que votre regard soit amical. Accompagnez peut-être même ce regard d’un sourire. Évitez aussi de trop cligner des yeux, lorsque vous regardez quelqu’un pendant que vous lui parlez. Car un clignement trop fréquent traduit le plus souvent, une grande nervosité.

Dès lors, lorsque vous parlez avec quelqu’un et que cette personne vous évite du regard, c’est qu’elle est soit timide, soit qu’elle vous ment ! Dans le premier cas – et pour éviter de mettre cette personne mal à l’aise – regardez-là, puis détournez votre regard quelques secondes. Ainsi, elle ne pourra se sentir trop observée.

Communication non verbale, exercices : les micro-expressions du visage

L’exercice suivant va vous aider à en savoir plus sur votre interlocuteur. Observez donc le contraste entre les mots qu’une personne utilise en vous parlant, et ses micro-expressions faciales. Lorsque vous parlez avec quelqu’un, observez les expressions de son visage. Imaginez par exemple que vous demandiez à votre collègue comment se porte sa compagne.

S’il vous dit « oh, Marie va bien, d’ailleurs, nous partons bientôt en weekend à Paris, je m’en réjouis ! »

Observez les micro-expressions de son visage. Si le mouvement de ses sourcils, de sa bouche et des ses yeux concorde bien avec l’émotion de ses dires, c’est qu’il est sincère. Inversement, si son expression faciale vous dit exactement le contraire, c’est qu’il n’est pas sincère. Il y a peut-être des tensions dans son couple, des choses qu’il préfère ne pas vous dire.

Dans tout processus de communication, le langage non verbal dit toujours la vérité. Contrairement au langage verbal. Maintenant, ce qui est vrai pour les autres… l’est forcément aussi pour vous. Prenez toujours conscience que les autres peuvent également vous voir par le langage que votre corps utilise, lorsque vous parlez.

Lorsque vous parlez avec quelqu’un, prenez bien conscience de la position de vos mains et de vos bras. Mais aussi  de vos pieds et de votre buste. Parler à quelqu’un les bras croisés, signifie que vous êtes fermés  et en mode je me protège. Pareil pour vos pieds.

Par contre, si vos bras pendent le long de votre corps, ou que vos mains sont posées sur vos hanches, cela signifie que vous êtes en confiance.

La position de votre buste indique votre assurance en vous-même, et votre ouverture à votre interlocuteur. Si vous avez tendance à placer votre corps de côté (pas parfaitement parallèle à votre interlocuteur), celui-ci pourrait percevoir, et ce de manière inconsciente, que vous n’êtes pas totalement confiant. Ou pire, que vous vous méfiez de lui.

D’où l’importance de bien prendre conscience de votre position, lorsque vous parlez à quelqu’un. Voici quelques clés supplémentaires qui vous donnent une idée précise de l’état émotionnel de votre interlocuteur :

Il vous montre de l’intérêt par sa communication non verbale lorsque:

  • Il hoche la tête, il est d’accord avec vous. Cela signifie qu’il est attentif à ce que vous dites.
  • Il maintient un contact visuel avec vous, au moins pendant les deux tiers du temps de votre discussion.
  • Sa tête est inclinée vers le côté, comme pour vous dire, je te tends l’oreille.
  • Il à tendance à vous sourire régulièrement (signe d’ouverture).
  • Ses pieds sont dirigés en votre direction.

La communication non verbale d’une personne parfaitement sûre d’elle, se caractérise lorsque:

  • Elle maintient un contact visuel ferme avec vous.
  • Elle parle à un rythme lent, fractionné, avec une intonation de voix descendante.
  • Son menton a plutôt tendance à être incliné vers le haut.
  • Son buste est ouvert vers l’extérieur, comme pour vous dire, je n’ai pas besoin de me mettre en position de défense. À l’inverse, une personne peu sûre d’elle, aura tendance à se recroqueviller sur elle-même, et occuper le moins d’espace possible.
  • À chaque fois qu’elle se déplace, elle le fait avec précision et sans aucune hésitation (elle occupe bien son espace personnel).
  • La posture de son corps est bien droite.
  • Ses mains sont placées sur ses hanches (ce qui s’associe parfaitement au désir de vouloir exposer son buste).
  • Elle a une poignée de main plutôt ferme.

Une personne est peu intéressée par ce que vous lui dites – voire résistante, lorsque son langage non verbal se caractérise par :

  • Ses pieds ou ses jambes sont pointés dans une direction qui n’est pas celle où vous vous trouvez.
  • Ses mains sont placées derrière sa tête (c’est souvent le cas chez les adolescents).
  • Elle montre des signes d’inattention, en regardant souvent un espace vide autour de vous.
  • Elle à tendance à tapoter des doigts (sur une table), ou à taper des pieds.
  • Elle cligne assez souvent des yeux.
  • Ses bras sont croisés (cette personne montre des signes de méfiance).
  • Ses poings sont serrés.

Communication non verbale, exercices : connectez-vous aux autres

Les gens apprécient ceux qui leur ressemblent. C’est un fait. Entre nous, qui appréciez-vous le plus ? Votre vieil ami avec qui vous partagez le goût du football et les mêmes films d’action, ou bien le fils et la voisine qui déteste le football et préfère la danse classique?

Poser la question, c’est déjà y répondre. L’être humain a ceci de particulier, c’est qu’il aime et apprécie les personnes qui ont les mêmes opinions, visions et valeurs que les siennes. Vous vous sentez donc plus à l’aise avec les gens qui proviennent du même milieu que le vôtre. Ou encore avec les personnes qui ont la même origine que vous, la même culture. Voire même, les mêmes caractéristiques physiques.

Regardez la nature. C’est un exemple flagrant de ce principe. Les lions chassent et vivent ensemble. Les oiseaux migrent ensemble. Plus proche de nous, observez le comportement des supporters de football. Un supporter d’un club a tendance à apprécier d’autant plus celui qui supporte la même équipe que lui, qu’un étranger qui supporte l’équipe adverse, non ?

Donc, si vous voulez vraiment vous faire apprécier des autres, il est indispensable d’établir une connexion forte avec eux.  Apprenez dès à présent à trouver des points communs entre vous et les personnes que vous souhaitez impacter. Que ce soit dans votre milieu professionnel, privé, familiales ou associatif.

En trouvant volontairement les similitudes entre elles et vous, vous commencez à établir un lien puissant. Ce lien commun que vous allez apprendre à cultiver avec les autres vous permettra de créer un terreau fertile riche de valeurs communes, d’affinités et de centre d’intérêt commun.

Quand je parle d’infinité, j’entends par là, toutes habitudes de vie, culturelle, tout loisir commun qui vous permet de créer et de développer une forte connexion entre vous et les personnes que vous souhaitez faire adhérer à vos principes et à vos idées. Toute communication efficace commence par là. Elle est à la PNL, ce que les fondations sont à une maison.

Entrez dans la carte du monde votre interlocuteur

Si vous aviez la faculté de pouvoir entrer dans l’esprit et le corps de votre interlocuteur, comment penseriez-vous ? Quels seraient vos convictions, vos croyances, vos valeurs et vos peurs ? En d’autres termes, comment verriez-vous le monde si vous le verriez avec le regard de votre interlocuteur ?

En vous mettant à penser de cette manière, vous progressez rapidement dans l’art de vous mettre au diapason de votre interlocuteur : c’est ce que l’on appelle en PNL, s’identifier à la carte du monde de l’autre. De comprendre son état d’esprit. Faites cela, et vous deviendrez le son miroir. Il adorera être à vos côtés, et il se sentira en confiance.

La clé de toute communication efficace verbale et non verbale est de préalablement établir un rapport. Ce faisant, vous possèderez la capacité d’instaurer un lien de confiance fort entre vos interlocuteurs et vous. Même si ceux-ci sont de parfaits étrangers que vous n’avez jamais rencontrés avant.

Par votre communication verbale et non verbale, montrez sincèrement aux autres qu’elles ou ils ont de l’importance à vos yeux. Montrez leur les valeurs et les similitudes que vous partagez avec eux. Peu à peu, vous commencez alors à construire un lien fort et inconscient avec les personnes autour de vous. Car l’être humain a tendance à être attiré par ceux qui leur ressemblent et qui les comprennent. À partir d’aujourd’hui, apprenez donc à trouver le lien commun qui vous lie à votre réseau social.

Communication non verbale, exercices : l’art de la synchronisation

Avez-vous déjà observé de personnes amoureuses dans un bar ou sur un banc public ? Si c’est le cas, vous avez déjà peut-être dû remarquer une chose étonnante, s’il en est. Laquelle ? Les amoureux ont l’air de se mettre au diapason l’un de l’autre. Ils adoptent les mêmes postures, des tonalités de voie similaire, ainsi que les mêmes gestes. Ils peuvent même faire cela pendant des heures.

[1]L’art de se synchroniser aux autres est un exercice à maîtriser afin de construire un rapport très facilement avec vos interlocuteurs. Le principe est relativement simple. Apprenez à vous mettre au diapason de l’autre lorsque vous communiquez avec lui. Adoptez discrètement ses postures, sa tonalité de voix, sa respiration, voire la même expression du visage que lui.

Maintenant je n’ai pas dit que vous devez singer votre interlocuteur. L’objectif n’est pas du tout cela. L’objectif est plutôt de devenir discrètement le miroir de ses gestes, sa tonalité et son langage corporel. Son cerveau inconscient va alors se connecter à vous en se disant « Il a l’air de me ressembler celui-là, je lui fais confiance. »

Mettez-vous au diapason de votre interlocuteur, en observant tout particulièrement :

– Sa posture : votre interlocuteur se tient-il plutôt en avant, droit comme un i, est-il tonique ou avachi ?

– Sa respiration : est-elle plutôt profonde, saccadée ou régulière ?

– Son identité vocale : a-t-il une voix rauque ou plutôt aiguë ? Sa voix est-elle plutôt portante ou plutôt faible ?

– Expression du visage : a-t-il tendance à être plutôt placide, ou très expressif ? Y a-t-il des particularités dans son sourire ?

– Ses mouvements : a-t-il tendance à croiser les bras ? A-t-il tendance à se toucher le visage ? Croise-il ses jambes ?

Dans les prochains jours, je vous invite à devenir un décodeur du verbal et du non verbal des personnes qui vous entourent. Observez-les discrètement. Au bout d’un certain temps, vous maîtriserez l’art subtil de la synchronisation. Lorsque vous vous sentirez prêt(e), vous pourrez peu à peu commencer à vous synchroniser à vos interlocuteurs. Si cette stratégie est bien réalisée, vous remarquerez au bout d’un certain temps que la personne en face de vous imitera à son tour vos gestes, et vos expressions corporelles. De façon automatique et inconsciente.

Si c’est le cas, réjouissez-vous ! Cette personne vous apprécie, ce qui signifie que vous aurez d’autant plus de facilité à harmoniser votre façon de penser avec la sienne. C’est le début réussi de la communication efficace. Car l’autre se sentira à l’aise et en confiance en votre compagnie.

Communication non verbale, exercices : connectez-vous sur le bon canal sensoriel de votre interlocuteur

L’être humain se connecte au monde autour de lui grâce à ses cinq sens. La vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le goût sont autant d’outils qui nous permettent de donner un sens aux expériences que nous faisons.

En effet, comment savez-vous reconnaître qu’un chat… soit un chat ? Parce que vos yeux envoient un signal à votre cerveau et celui-ci compare cette nouvelle image avec sa base de données existante. Il en va ainsi avec tous les stimuli sensoriels auxquels nous sommes confrontés jour et nuit..

Néanmoins nous possédons tous un canal sensoriel dominant par rapport aux autres. Qu’est-ce que cela veut dire ? Tout simplement, chaque être humain utilise de façon prioritaire, un sens par rapport aux autres.

Certaines personnes sont notamment plus sensibles aux mots à connotation visuelle. D’autres encore sont plus sensibles lorsque vous leur parlez avec des mots à connotation auditive. D’autres enfin, sont plus sensibles à vos dires, lorsque vous leur parlez avec des mots à connotation kinesthésique.

La langue française regorge ainsi donc d’expressions qui privilégient un sens plutôt qu’un autre.

« J’ai l’impression de me sentir écrasé par le poids des responsabilités », est une expression à connotation kinesthésique.

« Je vois bien ce que tu essayes de me dire. Je perçois d’ailleurs une éclaircie dans le ciel sombre de ma vie », est une expression à connotation visuelle.

« Je suis au diapason avec ce qu’elle me dit, je suis en harmonie avec elle »,  est une expression quant à elle à connotation auditive.

À vrai dire, il existe une kyrielle d’expressions, mots, d’adjectifs et des verbes de la langue française qui utilisent des systèmes sensoriels préférentiels.

En apprenant dès aujourd’hui à reconnaître le canal sensoriel de prédilection de votre interlocuteur, vous pouvez véritablement se connecter à lui de façon hypnotique. Voyons voir quels sont les systèmes sensoriels de prédilection de l’être humain. Voici les trois principaux :

  1. Auditif
  2. Visuel
  3. Kinesthésique (sensation, émotion et toucher)

Ainsi, les personnes à tendance visuelle utilisent des mots, verbes et expressions de la langue française à connotation visuelle. Elles ont tendance également à parler assez vite et à respirer de façon saccadée.

Vous pouvez d’ailleurs remarquer en les écoutants qu’elles utilisent souvent des mots tels que voir, regarder, imaginer, horizon, perspective, couleur, vue, etc.

Les personnes à tendance auditive, quant à elles, utilisent des mots, verbes et expressions de la langue française à connotation auditive telle que écouter, se mettre au diapason, sur la même longueur d’onde, entendre, dire, etc. Leur débit de parole est plus modéré, et leur respiration plus profonde.

Enfin, les personnes à tendance kinesthésique utilisent des mots, verbes et expression de la langue française à connotation kinesthésique, telles que contact, frissons, texture, mouvement, sensation, émotion, chaleur, etc. Leur débit de parole est plutôt lent et monocorde, leur respiration est plutôt lente et ventrale.

L’exercice qui suit est simple : si vous désirez vous connecter à une personne visuelle, exercez-vous à  utiliser dès aujourd’hui des mots, expressions, adverse et verbes à connotation visuelle. En faisant cela, vous vous connectez directement à son canal sensoriel de prédilection. C’est la clé qui ouvre le coffre de la communication.

Faites-en de même avec les personnes auditives et kinesthésiques. Connectez-vous sur la bonne fréquence, et vous établirez alors un profond lien hypnotique. Parlez le même langage qu’elles, et  elles s’ouvriront à vous comme jamais.

Voici une autre astuce afin de découvrir le canal sensoriel de prédilection de votre interlocuteur

Lors d’une simple discussion avec un interlocuteur dont vous souhaitez connaître le canal sensoriel de prédilection, posez-lui donc une simple question innocente de ce type :

« Quel est le critère de décision décisif qui t’a poussé à acheter ta dernière voiture ? Est-ce quelque chose que tu as vu, quelque chose que tu as ressenti ? Ou peut-être encore quelque chose que tu t’es dit, ou que le vendeur t’aurais confié ? »

Votre interlocuteur vous répond-t-il « Eh bien, lorsque j’ai vu sa ligne superbe, je me suis très vite  imaginé à son volant, tout en roulant à belle allure vers l’horizon lointain, et ce, des heures durant. » Vous pouvez alors facilement imaginer que votre interlocuteur soit une personne de type visuel.

Si votre interlocuteur vous avait plutôt dit « Moi, ce qui m’a plu, c’est ce que j’ai ressenti par rapport au confort de ces sièges. La texture du cuir m’a donné tout de suite une impression de qualité. En touchant le volant, j’ai tout de suite senti que c’était du solide… »

Vous pouvez dans ce cas précis, imaginer alors que votre interlocuteur soit une personne de type kinesthésique. Vous comprenez le principe ? Adoptez-le dès aujourd’hui en vous exerçant dans vos interactions avec les autres.

Vous l’aurez remarqué, devenir un communicateur efficace commence avant tout par construire un rapport avec votre interlocuteur. Construisez des liens avec lui. C’est la base de toute communication efficace. Et après, me direz-vous, cela ne suffit pas pour séduire et convaincre. Comment utiliser le langage pour séduire et contourner les freins et les objections ? Comment devenir plus influent ? Que diriez-vous maintenant de développer votre capacité de persuasion ?

Aimeriez-vous apprendre l’hypnose conversationnelle pour mettre sur orbite votre capacité à séduire, communiquer et convaincre ? Apprenez l’art de l’hypnose conversationnelle et dopez votre communication verbale et non verbale, grâce à des exercices  pour maitriser le langage hypnotique, les suggestions hypnotiques de calquage et conduite, et la commande hypnotique cachée. Et le plus beau là dedans, ce que vous pourrez utiliser ces outils hypnotiques de façon invisible, autour d’une tasse de café, comme si de rien n’était.

[1] http://www.jecommunique.com/La%20synchronisation.htm