Bienvenue sur Hypnose Conversationnelle.com ! Si vous débutez, vous êtes donc libre de recevoir gratuitement le livre inédit « Maîtrisez l’hypnose conversationnelle ». Cliquez ici pour le télécharger librement.

Aaah, j’aime les interviews politiques. Non pas que j’aime la politique (cela me laisse indifférent. Je préfère passer ce temps précieux en famille ). Par contre, j’affectionne tout particulièrement les interviews mettant en scène journalistes et politiciens de haut rang. Pourquoi ? Parce que c’est un véritable mini-cours de communication verbale à partager pour toute personne qui s’y intéresse de près. Voilà pourquoi, dans cet article tout juste sorti du four, j’ai décrypté pour vous les ingrédients cachés de la communication verbale et non-verbale utilisés avec brio par les différents protagonistes de cette interview télévisée. 

 

Petite remarque, cet article n’a pas comme objectif de prendre parti ni de tenir avec l’un ou l’autres des protagonistes. Mais bien de décrypter les différents ingrédients cachés de la communication à l’œuvre. Ceci étant dit, passons aux divers ingrédients cachés de la communication verbale et non-verbale utilisés par ces gladiateurs de l’arène télévisée.

Les ingrédients cachés de la communication verbale et non-verbale

En tant que passionné de communication verbale et non-verbale, et formateur en hypnose conversationnelle (qui est sans doute le cours de communication verbale et non-verbale le plus pointu existant), je peux voir à l’œuvre les subtilités de la communication d’influence invisible à son plus haut niveau. Présentes dans cette interview musclée et épique.

Voyez plutôt : recadrages à gogo, cadres de perception, questions orientées, communication multi-niveau, dissonance cognitive, cohérence verbale/non-verbale… en veux-tu, en voilà !

Avant d’analyser les enjeux cachés de cette interview choc, présentons les artistes du ring, voulez-vous ? A ma gauche, Edwy Plenel et Pierre Bourdel. Deux journalistes réputé pour leur virulence à faire plier leur interlocuteur.

Ces deux Mike Tyson de la communication possèdent en effet leur faculté à poser des questions orientés est aussi percutantes et déstabilisantes que le crochet dévastateur de Mike Tyson sur un ring à Las Vegas.

A ma droite, Emmanuel Macron. Le plus jeune président que la France ait connu. Le Bruce Lee de la communication verbale et non-verbale. Une peau de bébé. Epais comme un haricot vert (et pas le plus épais du bocal, hein). Mais une technique de communication aussi pêchue que le jeux de jambe du champion de Kung Fu à son apogée.

Aussi, lors de cet échange télévisé, j’ai pu vite remarquer que cette interview sentait la poudre. Deux pit-bulls boxeurs des mots face à un American Staff pratiquant le Kung-Fu verbal. Le tout observé par Donald (Trump) à distance. On se croirait à L’arche (de la défense) de Noé. Allez, assez ri. Car on est pas là pour rire de la politique (quoique). Passons donc aux choses sérieuses.

Petit cours de communication verbale et non-verbale expliqué à mon neveu

Les cadres de perception, l’arme secret-défense de Emanuel Macron

Le recadrage, comme nous en avons déjà parlé à maintes reprises sur ce blog d’hypnose conversationnelle, est sans conteste l’arme de communication verbale préférée d’Emanuel Macron. Pour ceux qui ne savent pas ce que sont les cadres de perception, pensez à cette petite métaphore.

Lorsque vous observez un verre à moitié rempli d’eau, est-il à moitié plein ou à moitié vide ? La réponse dépond donc de la façon dont nous percevons ce verre. Pour certains, il sera à moitié plein. Pour d’autres, à moitié vide.

Et donc, peut importe votre point de vue, vous avez raison. L’art des cadres de perception consiste donc à orienter la perception du réel à notre avantage. Bien utile quand on est président et que l’on fait face à des journalistes tentant de vous piéger sur des sujet brûlants d’actualités.

Recadrage numéro 1 :

Emanuel Macron sorti de sa poche le recadrage alors qu’il se faisait voler dans les plumes dès le début de l’interview par nos deux journalistes pit-bulls à propos de « l’argent magique » et de « l’évasion fiscale »

A ces questions piégeuses, il répliqua par un recadrage aussi subtile que la manchette de Bruce lee dans « Opération Dragon » :

« Ne confondez pas fraude fiscale et optimisation fiscale, messieurs les journalistes. »

Emanuel Macron utilisa le recadrage pour sortir du piège en recadrant habilement le terme « fraude fiscale » par « optimisation fiscale ». Ce seul mot changea totalement la perception dans l’esprit du téléspectateur.

Pourquoi ?

Parce que si Harry Macron n’avait pas pu sortir de son grimoire magique, le sortilège recadrage alors qu’il se faisait vilipender par les Serpentard que sont Plenel et Bourdin, ce mot-piège qu’est « fraude fiscale » aurait amorcé dans l’esprit inconscient des téléspectateurs, toute une série d’associations nauséabondes liées au mot fraude fiscale.

Comme « mafieux », « escroc », « pouvoir occulte »… vous voyez le tableau ? Ce qui ne fût pas le cas, grâce au recadrage, outil de communication verbale issu de l’hypnose conversationnelle, dont est passé maître Emanuel Macron.

Mais entre-nous, où se situe la vérité, entre ces deux points de vue tranchés ? Hé bien, chacun se fera sa propre opinion au final. Car comme dirait David Duchovny dans X-Files « la vérité est ailleurs ».

Bien. Découvrez maintenant un deuxième exemple d’escarmouche tentée par les titans du ring – Plenel et Bourdin  – lors de ce mini-cours de communication verbale que fût cette interview. Escarmouches néanmoins recadrées de main de maître par Emanuel Macron.

Recadrage numéro 2 :

Alors qu’il parlait au président Macron de son « ami Bernard Arnault », le journaliste Jean-Jacques Bourdin s’est fait tacler par un recadrage du niveau de la ligue des Champions :

« Vous savez, les insinuations dans la vie, ce n’est pas une bonne chose. Vous n’êtes pas des juges autour de cette table. Vous êtes des intervieweurs, je suis président de la République », recadra Emanul Macron.

L’air de rien, ce recadrage (un type de cadre de perception spécifique utilisé pour faire face à des objections) permit à Emanuel Macron de garder le cap des débats et mieux – de contrôler l’interaction qui était en jeu. Devant des millions de téléspectateurs scotchés par la tournure des débats.

N’oubliez pas les enjeux de cette interview : Emanuel Macron avait tout à perdre. Les deux journalistes, (beaucoup) moins. Continuons notre périple en eau trouble, voulez-vous.

La dissonance cognitive

Alors qu’il se faisait interroger et titiller par le journaliste Plenel sur l’indépendance de l’administration fiscale, Emanuel Macron utilisa une superbe dissonance cognitive de feu de Dieu pour remettre à sa place le journaliste au sujet de ses ennuis avec le fisc, en lui disant :

« Vous-même vous avez décidé de vous affranchir des règles fiscales et l’administration fiscale vous a contrôlé. On peut mener un combat sans s’affranchir des règles », l’a cloué sur place Emanuel Macron.

Mais au fait, vous vous demandez sans doute du coin de la lèvre « c’est quoi la dissonance cognitive ? »

Hé bien si je devais expliquer ça à mon neveu, voici ce que je lui dirai devant un épisode d’Harry Potter : la dissonance cognitive met en lumière l’incohérence existante entre les valeurs, et opinions d’une personne, avec ses attitudes, paroles et comportements.

En français normal, cela donne quoi  ?

Votre meilleure amie vous dit « J’adoooore les animaux tu sais », alors qu’elle vous regarde en portant un manteau de vison ? Caramba. Aie. Aie. Aie. Votre amie en en totale dissonance cognitive entre ses attitudes (elle porte un manteau de vison) et ses valeurs (elle dit qu’elle adoooore les animaux).

Pour en revenir à l’interview, Emanuel Macron utilisa le dissonance cognitive sur Plenel car il savait pertinemment bien que le journaliste – dont la société Mediapart avait fait l’objet d’un redressement fiscal – était en pleine dissonance cognitive.

Alors que ce même journaliste lui faisait justement des reproches au sujet de l’indépendance fiscale. La dissonance cognitive, c’est un peu comme l’histoire de l’arroseur arrosé, au final. Continuons l’analyse de la communication verbale et non-verbale en jeu lors de cet entretien de presse épique à plus d’un titre.

La double contrainte, ou comment simuler l’illusion du libre-arbitre

Oui. Elle fait mouche cette technique de communication verbale, lorsqu’elle est utilisée pour mettre un interlocuteur sur les rails de la voie sans issue que vous aurez choisi pour lui à son insu.

Mieux, cette technique de double-contrainte pourtant trop méconnue – à la seule exception des communicateurs hypnotiques – aurait sa place dans le peloton de tête de tout cours de communication verbale qui se respecte. Le principe de la double contrainte si chère à Erickson (le génial fondateur de l’hypnose conversationnelle) est le suivant.

Imaginez que vous soyez parent et que vous disiez à votre enfant :

– Après t’être lavé les dents, veux-tu aller dormir à 20 heures ou à 20h30 ?

– Heu… à 20 heures 30 papa, merci !

Voyez-vous toute la force de cette double-contrainte utilisé par ce père futé comme un renard ? Il laisse l’illusion à son fils qu’il possède un choix. Mais au final, il ira quand même dormir maximum à 20h30. Comme le veut son papa. Et qui plus est, après s’être brossé les dents. S’il-vous-plaît !

C’est le double effet Kiss Cool de la double-contrainte. Milton Erickson utilisait très souvent la double-contrainte quand il mettait ses patients sous hypnose :

« Voulez-vous entrer en transe maintenant ? Ou bien voulez-vous prendre votre temps et profiter de ce moment de calme qui devient sans doute de plus en plus profond ? »

Avez-vous réalisé toute la subtilité de la méthode de double-contrainte utilisée par Milton Erickson lorsqu’il mettait ses patients sous hypnose ?

Le procédé est vraiment très puissant. Je vous invite dès lors à utiliser ce genre de technique d’hypnose conversationnelle dans toute communication verbale, avec éthique et respect.

Mais je parle, je parle…

Pour en revenir à notre interview, lorsque l’un des deux journalistes demanda à Macron : « N’êtes vous pas dans une illusion puérile de toute puissance? », ceci ne ressemblerait-il pas étrangement à une double contraintes déguisée ?

Hé bien je réponds oui ! Pourquoi ? Si Emanuel Macron répondait non à cette question double contrainte, le téléspectateurs pourrait penser que Macron est sur la défensive. Si par contre Macron avait répondu oui à cette double contrainte, c’était là un aveu de faiblesse présumé devant la France entière. Déconcertant, non ?

Une arme de premier plan méconnue, qui aurait définitivement sa place dans le peloton de tête de tout cours de communication verbale qui se respecte.

La cohérence verbale/non-verbale

Malgré les questions volontairement biaisées des deux journalistes, la capacité d’Emmanuel Macron à répondre avec calme et pédagogie montra sa capacité à déployer un langage non-verbal et verbal plutôt bien aligné et cohérent dans l’ensemble.

Ce qui lui conféra autorité et leadership, malgré sa relative jeunesse eu égard à ses deux ainés lui faisant face. Une attitude ferme mais néanmoins souriante, à montrer dans tout cours de communication verbale et non-verbale. Emanuel Macron n’est néanmoins pas parfait dans sa maîtrise du langage verbal et non-verbal.

En tant que sorcier du Poudlard de l’hypnose conversationnelle, je lui aurais bien fourni quelques outils hypnotiques sortis de mon grimoire. Mais bon, c’est lui le président. Moi je préfère le camembert en famille.

Aussi, voyez-vous toute la puissance des ces ingrédients issu de l’hypnose conversationnelle au service de la communication verbale ? Maintenant que vous en savez plus sur les enjeux cachés de la communication verbale et non-verbale, que pourrions-nous conclure de cette interview politique rassemblant des gladiateurs de la communication ?

Une seule chose au final. Ce n’est pas tant les outils que ce que nous en faisons qui est important dans nos interactions aux autres.

Choisissez donc bien de quelle façon vous allez utiliser vos outils de communicateur, grâce à l’hypnose conversationnelle (un must en matière de cours de communication verbale et non-verbale pour toute personne désirant devenir plus influente. Plus motivante. Plus inspirante.)

Si c’est votre cas, pourquoi ne pas en savoir plus sur l’hypnose conversationnelle ? Vous répondez oui ? Bienvenue donc à Poudlard, jeune sorcier de la communication hypnotique:-)

Source photo : https://www.challenges.fr/