Expérimentez-vous aussi ces défis ?

Etude de cas 4 :

Comment Jean a fait évoluer sa relation avec ses élèves vers plus de confiance, de respect et de proximité – et comment vous pourriez en faire de même

La communication hypnotique et ses techniques efficaces peut être le chaînon manquant pour tout enseignant ou parent souhaitant élargir ses capacités pédagogiques et relationnelles à de nouveaux horizons. Découvrez comment Jean, un professeur de mathématique s’est dépêtré avec brio d’un piège relationnel, par le biais de techniques de communication hypnotique.  Et comment vous pourriez à votre tour, devenir maître de vos interactions avec vos élèves ou vos enfants, tout en faisant passer vos messages plus facilement.

Jean est professeur de mathématique et parent d’un petit bout de 6 ans. D’une naturel plutôt réservé, il avait autant de mal a contenir sa classe que d’éduquer son enfant, sans stress ni frustration.

En classe, chahut et bavardages en tout genre étaient devenus sont lot quotidien depuis quelques temps. Au point où il commençait sérieusement à se décourager. Quand il est venu la première fois pour me demander « comment apprendre l’hypnose conversationnelle pour me faire respecter davantage en classe et à la maison», j’ai vite compris sa détresse qui était plus que réelle.

Car il n’est pas rare de nos jours, d’entendre ces respectables et courageux missionnaires de l’éducation nationale se retrouver en situation de détresse quand la mission devient impossible. Comment pouvais-je aider notre Tom Cruise de l’éducation Nationale à rendre sa mission éducative possible, en transformant sa classe de lions rugissant en chatons ronronnant ?

Comme Philippe Etchebest dans cauchemar en cuisine, j’avais quelques jours pour le cuisiner et lui apprendre la communication hypnotique et ses techniques. Le défi était de taille. Comme j’aime les défis (et j’aime l’humour), je décidais d’appeler cette mission Cauchemar en classe. Retroussant mes manches, et enfilant mon tablier, je fis venir Jean à mon cabinet pour le former rapidement à la communication hypnotique. 

La communication hypnotique a-t-elle réussi à transformer les lions rugissant en chatons ronronnant ?

Lorsque Jean revint à mon cabinet quelques semaines plus tard, il était radieux. L’hypnose conversationnelle avait fonctionné ! Parce qu’en utilisant ces techniques de communication invisibles, Jean s’était transformé en véritable communicateur hypnotique. Sa confiance en lui avait fait un bon énorme en avant. Mission accomplie. Comme Philippe Etchebest, il me restait donc à jeter mon tablier en l’air, comme pour symboliser victoire.

Après avoir lu ce qui suit, avez-vous déjà réalisé que l’hypnose conversationnelle peut-être la porte ouverte vers une nouvelle approche avec vos élèves ou vos enfants ? Peut-être vous posez-vous la question de savoir ce qu’est l’hypnose conversationnelle, et de quelle façon  son apprentissage pourrait vous permettre de devenir une nouvelle version de vous-même plus efficace dans votre approche avec vos élèves ou enfants ?

La communication hypnotique , c’est quoi ?

La communication hypnotique (appelée encore hypnose conversationnelle) est une technique de communication d’influence issue de l’hypnose ericksonienne, de la PNL, des neurosciences et de la psychologie sociale.

La communication hypnotique, pourquoi ?

Elle a pour objectif de communiquer directement avec l’esprit  inconscient (la partie la plus programmable) de votre élève, enfant ou ado à la faveur d’une simple discussion banale de la vie de tous les jours. Son avantage ? Elle permet de contourner les filtres conscient de votre interlocuteur et donc de diminuer sensiblement le septicisme, résistances et objections envers vos conseils, idées ou suggestions. Tout en établissant des liens de confiance et de proximité facilement et naturellement avec lui.

La communication hypnotique, pour qui ?

Enseignants, professeurs, pédagogues, parents, etc…

La communication hypnotique, c’est à la portée de tous 

A ce jour, hypnose-conversationnelle.com (le première communauté en hypnose conversationnelle francophone), a déjà initié en ligne 4307 pédagogues, parents, professionnels de la relation d’aide ou du management à la communication hypnotique en francophonie.

Comment Jean a-t-il fait ? La minute technique

Dans un premier temps, il fallait comprendre les stratégies qui généraient désordre et chaos dans la classe. J’avais vite compris, que lorsque Kylian (le meneur de la classe) racontait une vanne sur un certain ton de voix et avec une certaine gestuelle, le reste de la classe commençait à rire. Ensuite, cette hilarité générale menait à son tour un bavardage généralisé qui pouvait durer plus de 50 minutes. Nous tenions donc la stratégie globale qui amenait désordre et chaos.

Dans un second temps, j’expliquais à Jean la notion d’utilisationnel en hypnose conversationnelle

– Connais-tu le terme utilisationnel en hypnose conversationnelle, Jean ?

– Non, pas du tout Renaud

– Hé bien, je vais t’apprendre à utiliser tout ce qui se passe dans ton environnement de travail (cris, rires, comportements déplacés de certains élèves) et le transformer en levier stratégique pour induire un changement d’état d’esprit et de comportement.

– Tu peux me donner un exemple ?

– Bien sûr. Tu me dis que souvent, la blague et le ton de voix du meneur (Kylian), amène l’hilarité générale ? Et c’est cette même hilarité générale qui déclenche un bavardage généralisé qui t’empêche de donner ton cours, c’est bien cela ?

– Oui tout à fait

– Alors, voilà le topos. Il est indispensable de démonter cette chaîne d’événements qui sème la zizanie dans ta classe. Les deux ou trois prochaines fois, dès que tu vois Kylian commencer à faire son numéro de cirque, voilà ce que je te propose de faire. Prends ta grande latte immédiatement, puis frappe-la fermement contre le tableau. Suffisamment fort pour créer un effet de surprise dans la classe.

– Quel est le but de la manœuvre, Renaud ?

– Le but de la manœuvre est de créer rapidement une rupture de schéma.

– Qu’est-ce donc ce drôle d’animal ?

– Ce drôle d’animal qu’est la rupture de schéma (créée par le bruit soudain de la latte) va te permettre en quelque seconde de générer la confusion et la surprise dans l’esprit de tes élèves.

– Ok, et puis ?

– Profite de cette confusion momentanée pour induire une suggestion, sous forme de défi. La confusion mène à la suggestibilité rapidement. Par exemple, tu pourrais dire à l’ensemble de la classe « A chaque fois que Kylian racontera sa vanne pourrie, vous allez rire de plus en plus fort. Mais essayez surtout de ne pas rire. Et plus vous essayerez de ne pas rire, plus vous rirez. De plus en plus, à chaque fois. Mais essayez de ne pas rire… »

– Tu veux ma mort, sur ce coup là ? me confia Jean, pour le moins perplexe.

– Au contraire Jean, voilà l’astuce. En disant cela, tu utiliseras un subtil outil d’hypnose conversationnel que l’on appelle la loi de l’effet inverse. As-tu déjà « essayé de faire quelque chose » ?

– Oui, c’est vrai qu’en disant «  je vais essayer », cela induit souvent l’idée de l’échec.

– Exactement. L’idée est de dire à tes élèves qu’à chaque fois qu’ils entendront Kylian faire le pitre, ils essayeront de ne pas rire. Et à ton avis, que va t-il se passer ?

– Hé bien ils vont rire de plus en pus, de façon irrépressible.

– Exact, lui répondis-je. Et c’est le but de la manœuvre.

– Ok, et qu’est-ce que je vais faire de cette hilarité générale ?

– Dans un second temps, et après avoir conditionné tes élèves à réagir de la sorte; voici ce que je t’invite à faire.

Jean devenait de plus en plus curieux vis-à-vis de ce que je lui disais.

– La prochaine fois que tes élèves seront pris d’un rire de plus en plus irrépressible (c’est toi qui les a conditionnés), surprend-les en t’asseyant sur un banc, proche d’eux, comme si toi aussi, tu prenais part à leur délire collectif. Ries avec eux. Joue vraiment le jeu.

– Pourquoi ?

– Parce que ce faisant, tu te synchronises à ce qu’ils sont en train de vivre. L’idée est de te calquer sur eux, puis de mener la danse en leur disant d’une voix plus douce, plus résonnante et plus fractionnée :

« … C’est bizarre, ça recommence encore… à chaque fois que j’entends les pitreries de Kylian… ça me donne moi aussi envie de rire… mais bien sûr comme je suis le prof… j’essaie d’intérioriser ce rire… mais plus j’essaie de ne pas rire… plus je ris… pas vous ? Et ça fait du bien de rire… car quand on rit… on… libère le bien-être… et cela donne envie de… se détendre un peu… alors c’est vrai… j’essaie de ne pas me…détendre… parce que je suis en classe… mais plus j’essaie de ne pas… me détendre… plus le calme m’envahit… et parce que je commence à…

… respirez plus profondément… je peux donc laisser la calme en moi s’exprimer… parce que se sentir bien… c’est peut-être ça aussi… alors c’est vrai… qu’ à chaque fois que j’aurai envie de me sentir bien… il me suffira d’entendre le son de la voix de Kylian…  de voir ses pitrerie pour me sentir bien… calme et détendu… »

– Wow ! En fait, Renaud, tu as utilisé les éléments extérieurs en ta faveur ! Tu te parles à toi, mais en même temps c’est à eux que tu parles !

– Oui, c’est ce que l’on appelle le phénomène de réalité multiple en hypnose conversationnelle

– Je réalise que rien que le fait de t’écouter parler de ce tu étais en train de vivre, en changeant le ton de ta voix… je tombais peu à peu moi aussi dans un état de calme intérieur !

– Oui, Jean, c’est ça l’idée générale. Il est très important, lorsque tu changes le ton de ta voix, modifie ta respiration. Ce faisant, tu induis le calme en toi-même que tu vas projeter ensuite sur eux. Ton langage du corps est tout aussi important que tes paroles. As-tu remarqué aussi l’utilisation de commandes hypnotiques cachées (NDLR : les mots en gras ci-dessus)

-Oui, tu changes légèrement ta voix avant ou après certain mots stratégiques.

Jean et moi-même nous entrainèrent à parfaire ces techniques d’hypnose conversationnelle en quelques heures. Lui jouait le rôle du prof, et moi, un élève chapardeur de sa classe. Au bout de quelques heures de pratique, Jean était prêt.